Paillage contre le gel – notre guide pratique pour protéger les plantes en hiver

Auteur Gabrielle Lambert

En automne, les travaux de jardin prennent progressivement l’allure d’un nettoyage et d’un hivernage des végétaux qui entrent en repos végétatif. Le besoin s’impose alors de trouver une façon efficace pour les protéger contre le pire des ennemis, notamment la gelée d’hiver. Tandis que les variétés les plus rustiques y résisteraient sans problème, le choc thermique serait mortel pour celles plus fragiles et sensibles. Parmi les manières les plus faciles et organiques de protéger les racines, il y a le paillage contre le gel. Ces avantages, comme les astuces pour bien le choisir et poser, découvrez dans les lignes qui suivent.

Quel est l’intérêt d’un paillage contre le gel

comment proteger les plantes du gel exemple paillage pour massif naturel

Liens commerciaux

Comment protéger les plants du gel ?

La tolérance des plantes au froid et aux gelées, varie largement d’une espèce à l’autre. Ainsi, si vous n’avez pas intérêt à hiverner les plantes à feuillage caduc, il existe des plantes, dites gélives, qui ne sont particulièrement sensibles aux intempéries. Celles-ci, vous pouvez protéger de multiples façons. Les plus frileuses, comme les géraniums, les bougainvillées, les hibiscus, les agrumes et les lauriers-roses par exemple, il convient à rentrer à l’intérieur. Ceci pourtant, uniquement lorsque les plantes sont en pot.

Pour protéger les parties aériennes des végétaux plantées en sol, notamment certains arbustes à feuillage persistant, il convient de poser une voile d’hivernage. Cette méthode convient parfaitement aux orangers du Mexique, les camélias et les lauriers-roses rustiques. Enfin, le paillage est l’une des méthodes les plus répandues, afin de conserver les racines des plantes intactes. Les palmiers rustiques, les oliviers, les arums, les acanthes et les crocosmias comptent parmi les végétaux à protéger ainsi. Notez que seules les plantes très rustiques et donc résistants au gel et au froid ne requièrent nulle protection.

Tapisser le sol de paillis, afin de le protéger les racines des plantes

protectipon hivernale plante avec du paillage organique comment pailler le jaridn en automne

Liens commerciaux

Est-ce que le paillage protège du gel ?

L’une des principales raisons de recourir au paillage est alors l’envie de protéger les plantes hivernées à l’extérieur. Il faut cependant noter que l’on ne le fait pas n’importe quand. Si vous espérez sauver vos plantes du froid, alors que les premières gelées ont déjà sévi, détrompez-vous. Le paillage se doit d’être posé bien avant la période de froids extrêmes, pour qu’il soit efficace. Sinon, les bienfaits du paillis de jardin sont loin de se limiter à son effet anti-gelée. En fait, le besoin de paillis de fait ressentir en toute saison pour des raisons variées.

Au printemps, il s’agit de réchauffer le sol, retenir l’humidité et prévenir l’apparition de mauvaises herbes. En été par contre, l’objectif d’un paillis serait de réduire l’évaporation, de façon que le sol reste fraîche tout au long des journées de canicule. Enfin, le paillage que l’on fait étaler en milieu d’automne est censé créer une barrière thermique pour que la chaleur accumulée reste emmagasinée dans le sol. En plus, vous limiterez ainsi le risque d’érosion du sol et de compactage, lié aux pluies et aux neiges.

Le paillage – un anti-gel efficace au cas où il est proprement installé

comment proteger les plantes du gel fabriquer son paillage maison avec des matériaux organiques récup

Quel est le meilleur paillage pour l’hiver ?

Les meilleurs paillis d’hiver sont des matériaux à texture plutôt grossière qui offrent une couverture uniforme et isolante, sans entraver la circulation d’air et d’eau. Si vous devez choisir entre un paillage minéral et un paillage végétal, l’on vous conseille d’opter pour le second. Non seulement il constitue une belle couche protectrice, mais possède encore l’énorme avantage la biodégradabilité. C’est-à-dire, qu’il finira par se décomposer dans le sol, où des nutriments bénéfiques seront libérés. Cela est dû notamment au petit écosystème qui sera formé à la surface entre le paillis et la terre. Il est pratiquement impossible d’obtenir cette matière organique nourrissante sans l’intervention de certains micro-organismes qui, eux-mêmes, trouvent un refuge dans la terre. On fait d’une pierre deux coups alors ! Pour faire plus concret, voilà quelques-uns des matériaux de paillage les plus répandus.

La paille pour isoler efficacement le pied des fraisiers et autres plantes

avec quoi pailler les fraises paillage organique naturel pas cher de foin

  • Les feuilles déchiquetées et le compost feraient un excellent paillage pour les plantes vivaces et les bulbes, car il sera plus facile pour elles de percer un tel type de paillage au printemps.
  • Les aiguilles de pin sont la meilleure couverture hivernale pour parterres et arbustes d’ornement.
  • La paille et isolant, légère et peu coûteuse, ce qui la transforme en abri parfait pour potagers et fraisiers.
  • Les coupeaux d’écorce sont particulièrement prisés au pied d’arbres et arbustes.

Profiter de la matière organique pour pailler

par quoi remplacer la voile d hivernage idée paillis de jardin organique à récuprérer

En général, l’automne est ce temps de l’année qui est dédié au nettoyage du jardin et du potager. N’hésitez pas ainsi à employer tout déchet de tonte, branchage et autre débris végétaux pour vous constituer un paillis naturel organique. En leur défaut, vous pouvez aller acheter votre paillis commercial. Vous avez un choix énorme entre les paillettes de lin et de chanvre, les fèves de cacao, les copeaux de bois et les écorces de pin. Veuillez seulement à choisir votre paillis de façon que son intégrité ne soit pas remis en cause par le moindre intempérie.

Ne jetez pas les feuilles mortes qui font un excellent paillis

comment proteger les plantes en hiver idée feuilles mortes paillis jardin organique

comment faire étaler du paillage pour jardin en automne exemple paillis hiver avantages

Comment mettre le paillis d’hiver ?

En général, le paillage d’automne ne doit pas être ni trop précoce, ni trop tardifs. Au cas où vous installez votre paillage après la première gelée, vous risquez l’effet inverse qui est de bloquer le froid dans la terre. Par ailleurs, un paillage très précoce peut aussi résulter sur un stress excessif, affaiblissement, ainsi qu’une sensibilisation de la plante aux effets du gel. Vous risquez encore d’allonger la période de repos végétatif et d’encourager une nouvelle croissance qui sera tuée par la prochaine gelée extrême. En fonction de la région alors, le paillage se fera fin d’octobre – milieu de novembre ou juste avant les premières gelées. Pour le reste, la pose d’un paillage n’est pas la mer à boire. Voilà ce que vous devrez faire.

  1. Nettoyez bien le sol en enlevant premièrement les mauvaises herbes.
  2. Avant de procéder au paillage, assurez-vous que le sol est humide. Attendez que le sol soit naturellement humidifié par une pluie ou bien arroser.
  3. Faites étaler votre paillis sur une couche de 7 cm environ à l’aide de vos mains ou à l’aide d’un râteau. Couvrez uniformément le sol, tout en laissant le collet des plantes à découvert, au risque de les étouffer.
  4. Arroser pour une nouvelle fois, histoire d’alourdir le paillage. De cette façon, il s’attachera au sol et y demeurera sans risque de s’envoler.
  5. Le paillis ne nécessitera pas beaucoup de surveillance pendant l’hiver mais si vous remarquez qu’il s’épuise un peu trop vite, n’hésitez pas à ajouter une couche supplémentaire.
  6. Éventuellement, le paillis (surtout s’il est organique) finira par se décomposer. Si pourtant, ce n’est pas votre cas, il vaut mieux l’enlever entre mars et mai (en fonction du climat de la région).

Plusieurs astuces pour pailler sans étouffer

protection hivernale pour plantes comment pailler le pied d un arbre

que mettre au sol pour éviter les mauvaises herbes et proteger la terre contre le gel

Sources :

Oregonlive
Ruralsprout

Gabrielle Lambert

Gabrielle Lambert : elle est diplômée d'un bachelor en Communication, Journalisme et domaines associés de l'Université Paris-Saclay. Ses intérêts et publications sont principalement sur des sujets liés à la mode, le jardinage, la santé et le bien-être. Grâce à sa formation académique en journalisme, terminé avec excellence, elle a rapidement trouvé du travail dans les plus prestigieux journaux.

Jardin Articles Liés