Croissance en baisse et perte d’abonnés pour Netflix

Auteur Laurine Benoit
Liens commerciaux

Les chiffres sont tombés et ils sont décevants pour Netflix, qui accuse une perte de vitesse au deuxième trimestre de cette année. En plus de n’atteindre que la moitié de ses objectifs fixés en terme de nouveaux abonnés, la plateforme de streaming américaine enregistre même une perte de clients aux Etats-Unis, qui atteignent désormais la barre des 60 millions d’utilisateurs. Une première depuis 2011, année durant laquelle Netflix avait décidé de scinder son offre en deux, l’une dédiée à son activité historique de livraison de DVD et l’autre, de streaming.

Netflix a perdu des abonnés américains au second trimestre

Netflix n'a pas atteint ses objectifs au deuxième trimestre et perd des abonnés aux Etats-Unis

Liens commerciaux

Netflix enregistre ainsi une perte de près de 130 000 de ses abonnés américains et alors qu’elle prévoyait un chiffre de 5 millions de nouveaux membres, seuls 2,8 millions ont montré de l’intérêt pour la plateforme. Des chiffres qui ont déjà coûté à Netflix une baisse de 12 % de son titre à Wall Street, alors que la société s’apprête à subir les assauts à venir d’Apple, Warner avec HBO Max, Disney ou encore NBC, bien décidés à venir affronter le géant du streaming sur ses plates bandes et celles d’Amazon, d’Hulu ou Youtube, déjà en place.

« Nous avons observé une accélération du taux de résiliation (…) dans les régions concernées par l’augmentation des tarifs ». Reed Hastings, PDG de Netflix

Malgré la faible croissance et la perte d'abonnés américains, Reed Hastings, PDG de Netflix, dément l'impact de la concurrence Amazon ou Hulu

Le patron de Netflix, Reed Hastings, a pour sa part commenté les chiffres décevant de la société, tout en excluant l’impact de la concurrence sur ceux-ci. Le PDG semble plutôt pointer du doigt les hausses tarifaires régulièrement engagées par l’entreprise, notamment celles de janvier dernier, ainsi que le manque d’intérêt du public pour certains programmes originaux proposés : « Nous ne pensons pas que la concurrence a été un facteur déterminant, car celle-ci n’a pas vraiment changé au deuxième trimestre. Son intensité et notre taux de pénétration varient d’une région à l’autre (…) Nous avons observé une accélération du taux de résiliation et une rétention plus faible dans les régions concernées par l’augmentation des tarifs ».

« Nous ne pensons pas que la concurrence a été un facteur déterminant, car celle-ci n’a pas vraiment changé au deuxième trimestre » Reed Hastings, PDG de Netflix

Reed Hastings, PDG de Netflix pointe du doigt les hausses tarifaires et les programmes médiocres proposés pour justifier la baisse de croissance et la perte d'abonnés aux USA

Liens commerciaux

« Nous pensons que les contenus proposés n’ont pas stimulé la croissance des abonnements comme nous l’espérions » avoue ainsi Reed Hastings, qui compte désormais sur les prochains trimestres pour remonter la pente et rassurer les investisseurs par la même occasion. En effet, les nouvelles saisons de séries à succès comme Stranger Things, La Casa de Papel, The Crown ou encore Orange Is The New black, devraient permettre à Netflix de séduire de nouveaux abonnés, ou du moins d’en ralentir la perte.

La disparition programmée de programmes populaires jouissant d’une audience élevée comme Friends ou le catalogue Disney devraient également porter préjudice à Netflix, mais son PDG tente de rassurer, en voyant dans cette expiration des droits de diffusion une opportunité d’investissements futurs. « D’après notre expérience, lorsque nous supprimons un contenu important de notre de catalogue, nos membres profitent ainsi d’un nouveau programme original« . Netflix prévoit de dépenser 15 milliards de dollars cette année.

Netflix s’apprête à subir les assauts d’Apple, Disney ou HBO Max

La baisse du nombre de nouveaux abonnés pourraient s'accélérer avec l'arrivée de la concurrence importante d'Apple TV Plus, Disney + et HBO Max

Laurine Benoit

Laurine Benoit a un Master en Journalisme et Communication de la Paris School of Business et une licence en Journalisme de l'Université Paris Dauphine - PSL. Elle est une journaliste passionnée qui aime les animaux et un défenseur actif de la nature. Elle a consacré les dernières années de sa carrière journalistique aux questions politiques et culturelles, avec un intérêt particulier pour l'écologie, les animaux, le jardinage et les énergies renouvelables.